Madagascar – Production de Solution Hydro Alcoolique

CARNET DE TERRAIN – Depuis le début de la pandémie du Covid-19, l’association Pharmaciens sans Frontières Suisse s’est montrée présente auprès des populations les plus vulnérables dans les régions dans lesquelles elle intervient. À Madagascar, la formation du personnel soignant a pris une place centrale afin d’adopter les bons gestes barrières ainsi que pour la production de solution hydroalcoolique, notamment à destination des soignants.


Depuis le 29 mars, Claire Bertin, pharmacienne volontaire à Madagascar pour PSF Suisse, a commencé la fabrication de solutions hydroalcooliques dans le but de les distribuer à tous les collaborateurs de la santé. Cet exercice indispensable de santé publique permet au personnel soignant de se procurer les outils pour se protéger, tant dans le cadre professionnel que personnel. Rapidement, 200 flacons de 50 ml ont été produits dans le but de tester le protocole.

Par la suite, Claire a collaboré avec le pharmacien responsable du CHU de Majunga et a lancé la fabrication au sein du CHU Androva. En effet, le but stratégique de ce travail en commun était double : d’une part, Claire partageait son expérience quant à la fabrication du gel hydroalcoolique et, d’autre part, les deux institutions unissaient leur force afin de trouver les matières premières dans la région.

10 litres ont été fabriqués en commun, à raison de 200 flacons de 50 ml.

Claire Bertin

Comme souvent, les difficultés techniques du terrain compliquent le travail du personnel soignant sur place. Que ce soit à travers la rupture de stock national d’alcool, le confinement de Tana ou les difficultés de livraisons des produits chimiques, il a fallu trouver des solutions alternatives urgemment mais ces obstacles n’ont pas empêché Claire d’aller de l’avant avec ce projet de santé publique, aussi important que nécessaire.

Afin de répondre aux mesures de restriction de circulation, les marchandises ont été cherchées directement au dépôt de Tana, à 600 km de Majunga, ce qui revient à 12 heures de trajet. La mobilité en zone rurale est une source de blocage importante qui impacte sur le temps, ingrédient pourtant essentiel dans une épidémie de ce type.

Enfin, Claire effectue désormais des formations de fabrication de cette solution auprès du personnel des centres de santé. Cette démarche est facilitée par le programme « Petit labo », des lieux de fabrication officinale développée par PSF Suisse dans le cadre de ses projets pluriannuels habituels. Il est visé de produire 5 litres par dispensaires.

Et n’oublions pas, où que l’on soit dans le monde, l’hygiène des mains est un geste barrière qui permet de ralentir la progression de l’épidémie.

20 à 30 sec pour un lavage à la solution et 40 à 60 sec pour un lavage au savon !

Claire Bertin
Une charlotte, une blouse et au boulot!
Le lavage des mains, le geste barrière par excellence!