Soudan du Sud


En février 2018, l’Association Suisse des Amis de Sœur Emmanuelle (ASASE) et leur partenaire soudanais la Société de Saint Vincent de Paul (SSVP) ont fait appel à Pharmaciens Sans Frontières Suisse (PSF Suisse) dans le but d’envisager une collaboration au Centre de Santé Saint Vincent (CSSV), situé Nyarjwa, à trois quarts d’heure de Juba (Soudan du Sud). Le besoin de médicaments, le soutien aux équipes locales et le renforcement des compétences des pharmaciens étaient autant de motifs invoqués par ces deux partenaires. L’évaluation effectuée par Christophe Berger en octobre 2018 a montré la nécessité d’une intervention, ce qui a lancé le projet humanitaire adapté à la situation délicate et instable du pays.


Une situation humanitaire catastrophique

Ravagé par des années de conflits avec l’actuel Soudan, ainsi que par des guerres civiles dès sa fondation en 2011, le Soudan du Sud a vécu des crises politiques importantes qui ont fini par avoir un impact sur son développement humain, notamment en matière de santé. Les indices sanitaires du pays sont extrêmement bas et le taux de mortalité en couche est lui, particulièrement élevé (1 femme sur 48 meurt en couche, 200 fois plus qu’en Suisse). Le manque de personnel qualifié, de médicaments et de matériels en font un pays avec un système de santé quasiment inexistant et dépendant du soutien international.

Un projet pluriannuel adapté à la complexité du lieu

Après de nombreux échanges avec les partenaires sur place et une évaluation de terrain, PSF Suisse a pris la décision de soutenir le CSSV. Les particularités du terrain et sa complexité, pour ne pas dire dangerosité, ont poussé PSF Suisse à adapter la forme du projet. Les axes de travail sont néanmoins les mêmes :

 Soutien au centre de santé et achat de médicaments. PSF Suisse soutient donc la pharmacie du centre de santé par l’achat de médicaments de qualité ainsi que par la promotion de leur usage rationnel. Il est également question d’apporter un soutien nécessaire à la maternité du centre par l’achat de matériel gynéco-obstétrique pour éviter les décès. Le tout est exécuté depuis la Suisse par Christophe Berger, Chargé du projet, qui suit les évolutions grâce aux comptes rendus de nos partenaires locaux, coordonnés par Betram Gordon Kuol, et par des voyages sur place deux fois par an. Le contexte actuel du pays ne permet en effet pas de garantir la sécurité sur place et à long terme de ce pharmacien.

 Renforcement des compétences du personnel local. Le renforcement des compétences est également assuré par des cours en e-learning permettant d’échanger sur les bonnes pratiques et de conseiller le personnel local. Des cours plus globaux sont également octroyés par le biais de Pharm-Ed, une plateforme éducative partenaire de PSF Suisse et créée par le service de pharmacie des Hôpitaux Universitaires de Genève.

Comment s’est déroulée cette première année ?

Septembre 2019 marque les débuts concrets du projet 2019-21 au Soudan du Sud. L’argent envoyé à ce moment a permis l’achat des premiers médicaments d’une valeur de plus de CHF 10’000.-.

En octobre 2019, Christophe Berger s’est rendu au Soudan du Sud pour effectuer sa première mission d’évaluation depuis le début de la collaboration. Il était accompagné de Laurence Schumarer, doctorante à l’Université de Genève, dont la mission a été d’analyser l’impact et la réussite du e-learning, notamment dans le cadre de missions humanitaires.

Les débuts du projet ont malheureusement subi un ralentissement dû à la progression rapide de la pandémie du Covid-19. La deuxième mission d’évaluation de Christophe Berger, initialement programmée en juin 2020, a notamment été annulée.

La gestion du Covid-19

Le transfert de compétences n’a pas subi d’importantes modifications étant donné que le projet est déjà réfléchi en matière de travail à distance. Des documents expliquant les mesures préventives à mettre en place dans le centre de santé et rappelant les règles d’hygiène ainsi que la distanciation sociale ont été envoyés afin d’appuyer plus concrètement notre partenaire, de protéger le personnel local et de limiter la propagation du virus.

D’ailleurs, le centre de santé a donné des cours sanitaires aux communautés entourant le centre de santé ainsi qu’à ses patient.e.s, le but étant d’informer des bons gestes et du comportement à adopter en cette période tumultueuse.

En septembre 2020, des fonds à hauteur de CHF 13’000.- ont été envoyés au centre afin d’acheter des médicaments.

Un grand merci à nos partenaires:

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est SudSoudan_HealthCenter-1024x648.jpg.